L’alimentation compulsive

L’alimentation compulsive

“L’alimentation compulsive active directement le circuit de la récompense.”

Sebastien Bohler “Le Bug Humain” 

Est-ce que vous saviez qu’une partie de votre cerveau met tout en oeuvre pour que vous choisissiez le plaisir immédiat ? 

Que, pour cette partie du cerveau, le plaisir et la facilité d’aujourd’hui prévalent sur la considération d’un potentiel demain ? 

Ce fonctionnement du cerveau est d’une puissance incroyable puisque c’est ce qui lui a permis de survivre. 

Maintenant vous savez, vous savez que votre cerveau est une machine incroyablement puissante dont une partie recherche le plaisir immédiat avant tout.  

Alors je vous propose de faire le choix, le choix de dire au revoir à la culpabilité pour faire place à la responsabilité.  

La responsabilité de vous rappeler que la valeur que vous avez ne se réduit pas à ce que vous ingérez, à ces moments où vous engloutissez plus que ne mangez. 

La responsabilité de faire, chaque jour un peu plus, des choix de vie, de nourriture, de relations, de lectures, d’activités, de moments et de pensées qui vous font vraiment vibrer. 

La responsabilité de vous promettre de faire chaque jour de votre mieux, avec joie, amour et bienveillance, dans le plus grand respect de votre Humanité.

 

Prenez soin de vous 💫

 

PS: Le livre « Le Bug Humain » de Sébastien Bohler met en lumière les 5 motivations secrètes de notre cerveau: manger, se reproduire, acquérir du pouvoir, le faire avec un minimum d’efforts et glaner un maximum d’informations sur son environnement. 

Il explique très bien comment l’alimentation compulsive active le circuit de la récompense, c’est-à-dire le mécanisme par lequel le cerveau sécrète de la dopamine, souvent appelée « hormone du bonheur ».

Alimentation et émotions

Alimentation et émotions

C’est communément admis aujourd’hui: notre état émotionnel influence très souvent la manière dont nous mangeons. Dans une société qui stigmatise certaines émotions comme mauvaises, manger devient souvent une façon de se remplir, de faire le vide dans sa tête, d’anesthésier ses ressentis, d’oublier en quelque sorte une partie de ce qu’on vit et de ce qui dérange.

L’alimentation devient donc pour certains d’entre nous un allié précieux, un complice loyal, permettant de gérer nos émotions sur le moment, pour calmer le flot de pensées qui nous submerge, les ressentis inconfortables qui se manifestent, un mal-être palpable mais indicible.

La frustration, la colère, la tristesse, la déception, l’insatisfaction… autant de raisons pour se tourner vers la nourriture et éviter de se tourner vers l’intérieur pour accueillir, comprendre et accepter ce qui se passe en nous. Parce qu’on a peur, parce qu’on ne pense pas en être capable, parce qu’on ne sait pas comment faire…

Et pourtant “se nourrir est un acte sacré”. Un acte sacré puisque se nourrir c’est choisir ce qu’on accepte de laisser entrer en soi. Un peu comme des amis qu’on choisirait d’inviter, les aliments devraient être sélectionnés en fonction de ceux qui nous font profondément du bien, sur le moment et pour demain. Ceux qui, au lieu de nous vider de notre énergie, nous enrichissent et nous portent vers ce que nous voulons vraiment.

Une invitation finalement à se nourrir en se faisant du bien non pas quand des émotions inconfortables se présentent mais avant même qu’elles arrivent. Puisque l’alimentation influence elle aussi nos émotions : le choix de ce que nous mangeons impacte la manière dont nous dormons, nous pensons, nous ressentons, nous vivons.